Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe



Programme


Le Salon du Livre Ancien, de l’Estampe et du dessin a accueilli en 2014 en invité d'honneur les Archives du ministère des Affaires Étrangères.




INVITÉ D’HONNEUR



EXPOSITION DES ARCHIVES DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES


En 1680, Charles Colbert de Croissy, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, prend l’initiative de faire relier ses correspondances avec les pays étrangers ainsi que celles de ses prédécesseurs : par cet acte très matériel, il crée l’outil indispensable à la continuité de l’action publique et assure la préservation et la transmission d’un ensemble appelé à constituer le noyau initial d’un fonds patrimonial exceptionnel. Héritière du service né de cette initiative, la direction des Archives  du ministère des Affaires étrangères continue aujourd’hui et en toute indépendance des Archives nationales, à assumer sa double vocation : servir l’administration d’origine en procurant aux diplomates les documents nécessaires à leurs activités,  contribuer à la recherche historique par la valorisation et la communication de ces archives aux chercheurs.


Les archives diplomatiques se sont enrichies au fil du temps par versement régulier des services, récupération de papiers d’Etat, achats et dons de particuliers. On y trouve  la très précieuse collection des accords et traités de la France ( plus de 25.000 dossiers  du XVe siècle à nos jours), des fonds intégrés au fil du temps,  tels que les papiers Richelieu, le fonds Chavigny (avec 26 lettres d’amour d’Henri IV à Marie de Médicis !), les manuscrits  Saint-Simon, les papiers Bonaparte, ou encore les dossiers des ministres et ambassadeurs ayant laissé un nom dans l’histoire politique mais aussi littéraire (de Beaumarchais à Claudel et Saint-John-Perse, en passant par Stendhal ou Chateaubriand, les exemples abondent). Cette extrême richesse des contenus se conjugue à la variété des formes et des supports : en annexe des dépêches, il n’est pas rare de trouver des gravures et, depuis les années 1850, des photographies, qui sont autant de témoignages ou de pièces justificatives de l’action diplomatique. Un fonds de cartes anciennes et contemporaines et une très riche bibliothèque de 450.000 volumes complète cet ensemble, aujourd’hui rassemblé, conservé et communiqué  sur deux sites, à La Courneuve (administration centrale) et à Nantes (archives rapatriées des postes).
 

Portrait de paysanne russe, in :
Relation de la Moscovie, par le duc de Liria,
ambassadeur d'Espagne en Russie, 1731. 


 

Capitulations impériales octroyées au Roi de France par le sultan ottoman Mahmoud Ier en 1740 (détail). 

 
Affiche de la compagnie Renaud-Barrault :  lithographie de Raoul Dufy,
dédicacée par Jean-Louis Barrault pour l’Alliance française de Bogota, 1956. 

 
Arnold Vissière, interprète de la légation de France à Pékin
 et Lo Feung Lo, secrétaire du vice-roi Li Hong-Tchang, vers 1884. 


Contrat de mariage du Dauphin de France (futur Louis XVI) avec l’archiduchesse d’Autriche, 
Marie-Antoinette : instrument de ratification autrichien, Vienne, 23 avril 1770. 


Télégramme du 24 mai 1950, signé par Hervé Alphand, directeur des Affaires économiques, 
annonçant l’ouverture des négociations pour le traité instituant la
 communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA),
 en application de la Déclaration Schuman (9 mai).

 
 

Caricature de diplomate, in Album comique des Affaires étrangères, par Joseph Mollard, 1869. 
 

Plan de ville fortifiée d’Ukraine, 
offert au Roi de France par un officier de l’armée polonaise d’origine française, 1678. 




EXPOSITIONS / ANIMATIONS





EXPOSITION : « CENTENAIRE DU SLAM »



Fondé le 23 juin 1914 à l’initiative de 29 libraires membres, le Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne célèbre cette année un siècle d’existence. Afin de commémorer ce centenaire et rappeler le rôle culturel des libraires à travers l’histoire, une exposition sera mise en place au sein du Salon pour honorer une profession qui a depuis longtemps reconnu l’importance de se regrouper pour donner plus de visibilité à son action.

Pour mettre en valeur l’activité des libraires d’hier et d’aujourd’hui, différents documents évoqueront les grandes figures de la librairie, l’histoire du SLAM, son code de déontologie, la réalité du métier à travers les siècles, les anciens présidents…

Défendre la profession, la faire connaître, faire circuler le livre, transmettre un patrimoine, mettre en place une politique de communication auprès du public, telles sont les missions auxquelles s’attache cette organisation professionnelle. Le Salon du Livre Ancien est un événement majeur et il était naturel
Stand C7 - Nef Ouest
 


VITRINES HOLOGRAPHIQUES



Une technologie innovante au service d’oeuvres anciennes
Le Laboratoire des Humanités Digitales de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) a développé des vitrines holographiques qui ont été présentées en 2013 à la fondation Martin Bodmer à Genève, lors de l’exposition Le lecteur à l’œuvre. Ces vitrines seront montrées pour la première fois en France lors du Salon International du Livre Ancien au Grand Palais.
 

© Alain Herzog / EPFL
Les ouvrages présentés dans chacune d’elles, des manuscrits des XIIIe et XIVe siècles (des fac-similés pour la présentation au Grand Palais), sont mis en lumière avec la projection de textes et d’images, grâce à une riche documentation informatisée et interactive.
Le dispositif permet de juxtaposer des images autour d’un document réel et aussi d’en isoler ou agrandir certaines parties. Les images semblent flotter dans l’air, à la manière d’un hologramme. Quand le visiteur s’approche, une grille apparaît comme projetée sur le manuscrit pour guider le regard en soulignant de minuscules détails, tels des annotations, des commentaires, des signes calligraphiques… Tandis que de nouveaux éléments d’information semblent sortir de la page, s’écartent du texte, lui ajoutant une dimension. A la contemplation de l’ouvrage s’ajoute la richesse du contenu. Ces vitrines « intelligentes » sont une innovation majeure en matière de muséographie.



Grâce à la scénographie visuelle qui vient se calquer sur le texte, la rencontre avec un objet réel est unique pour le visiteur dont l’attention n’est plus divisée entre le document et l’explication qui l’accompagne. « Nous essayons d’inventer un nouveau langage muséographique qui allie l’expérience directe de l’oeuvre et son explication dans un seul espace » explique Frédéric Kaplan, directeur du Laboratoire des Humanités Digitales. Rencontres physique et intellectuelle sont ainsi unies dans une même expérience grâce à un dispositif narratif d’un nouveau genre.

Stand H11-H12 - Nef Sud 

Contacts : 
Frédéric Kaplan - Directeur du Laboratoire des Humanités Digitales de l’EPFL 
frederic.kaplan@epfl.ch 
Luc Meier - EPFL MEDIACOM
luc.meier@epfl.ch

Pour en savoir plus : 
http://dhlab.epfl.ch/ 
http://actu.epfl.ch/news/une-vitrine-technologique-redonne-vie-aux-manuscri/ 
http://fondationbodmer.ch/wp/wpcontent/uploads/2012/05/DP_expo_lecteur_a_loeuvre_bd.pdf

 


LES AMIS DE LA RELIURE ORIGINALE



Exposition de reliures décorées

La Société de la Reliure Originale a été créée en 1945 à l’instigation de Julien Cain alors administrateur de la Bibliothèque nationale de Paris et du relieur Paul Bonet. Cinq autres relieurs seulement furent alors jugés dignes d’en faire partie : Rose Adler, Robert Bonfïls, Georges Cretté, Henri Creuzevault et Jacques Anthoine-Legrain. Seize bibliophiles répondirent à l’appel des instigateurs ainsi que trois libraires: Pierre Berès, Georges Blaizot et Georges Heilbrun. Au total 26 membres. Le premier Comité Directeur fut ainsi composé : Président André Rodocanachi, Vice-Président Paul Bonet, Secrétaire Général Jacques Guignard, Trésorier Henri Creuzevault.
Le but de l’association est d’encourager les relieurs qui font oeuvre originale. Elle le fera par tous les moyens susceptibles d’en promouvoir la connaissance et le goût, notamment grâce à des expositions de qualité.

Pendant 25 ans - jusqu’en 1970 - elle exposera tous les six ans à la Bibliothèque nationale de Paris, dans la galerie Mazarine, et participera pour la même période à des manifestations à New York, Copenhague, Stockholm, Londres et Zurich. En 1975, elle exposera à Bruxelles.
En 1979, la Société refond ses statuts et prend la nouvelle dénomination Les Amis de la Reliure Originale. L’ARO limite alors la qualité de ses membres uniquement à des bibliophiles. C’est sa forme actuelle.

Depuis, l’ARO a organisé d’importantes manifestations: à Monaco (1983), au Grolier-Club de New York (1987), à la Bibliothèque de l’Arsenal sur la reliure américaine contemporaine (1990), à la Maison de la poésie avec une réunion de reliures sur des livres illustrés par Picasso (1991), et à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. L’exposition Max Jacob dans ses livres (1994) et la commémoration du cinquantenaire de l’association (1995).

Attachée à promouvoir la qualité d’exécution et l’originalité des décors, l’ARO organise régulièrement des concours dont les lauréats obtiennent la commande d’une reliure payée par l’association et exécutée sur un livre appartenant à une grande bibliothèque publique. Citons parmi les lauréats : Pierre-Lucien Martin (1948), Germaine de Coster (1951), Alain Lobstein et Monique Mathieu (1961), Nadine Auffret (1980), Sandra Aftalion (2009), etc. L’ARO a participé également à divers titres à des expositions de reliures organisées à Reims, Nantes et Metz. En partenariat avec le Conseil Régional de Bourgogne, l’association a invité 19 relieurs à réaliser, pour le compte des Bibliothèques municipales de Bourgogne, des reliures sur des ouvrages rares ou précieux. Chaque année, depuis 1994, l’ARO organise l’Exposition Ephémère.

L’exposition que nous avons l’honneur d’organiser à l’occasion du Salon international du livre ancien, regroupera environ 120 oeuvres réalisées par 29 des meilleurs artistes contemporains français : Sandra Aftalion, Brigitte Benoist, Nathalie Berjon, Louise Bescond, Bernard Bichon, Annie Boige, François Brindeau, Anick Butré, Claude Debras, Alain Devauchelle, Sün Evrard, Christine Fabre- Bourgeois, Philippe Fie, Sylvie Frege, Christine Giard, Anne Giordan, Martine Grive, Nobuko Kiyomiya, Daniel Knoderer, Alain Koren, Anne Lemeteil, Monique Mathieu, Daniel-Henri Mercher, Florent Rousseau, Ana Ruiz-Larrea, Hélène Segal, Alain Taral, Renaud Vernier, Jacky Vignon.

La présentation sera enrichie de reliures décorées exécutées par 7 relieurs étrangers, dont 5 artistes belges (Frère Edgard Claes, Anne Goy, Jacqueline Liekens, Hugo Liesen, Véronique Van Mol) Et 2 suisses ( Jean Luc Honegger et Edwin Heim).

Les reliures exposées ont été choisies parmi les oeuvres les plus marquantes de chaque créateur, tant pour l’originalité du décor et son adéquation avec le livre qu’il renferme, pour la qualité de l’exécution et, pour les reliures très récentes, l’utilisation de matériaux nouveaux.
Stand H13 - Nef Sud 

Pour tout renseignement :
Claude Blaizot, 164 Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
T. : 01 43 59 36 58 / claude.blaizot@wanadoo.fr

 


À LA DÉCOUVERTE DU LIVRE ANCIEN



Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les livres anciens sans jamais oser le demander
Chaque année, un stand d’initiation à la bibliophilie accueille les visiteurs pendant toute la durée du Salon. Des libraires membres du SLAM répondent à toutes les questions des collectionneurs débutants, les accompagnent pour réaliser un premier achat et partagent avec tous leur expertise et leur passion. Les ouvrages proposés sur cet espace sont soigneusement sélectionnés par les exposants pour leur intérêt et leur prix modique.
Stand B9-B12 - Nef Ouest
 


VISITES GUIDÉES



Un parcours initiatique est organisé plusieurs fois par jour pour découvrir la richesse et la diversité des ouvrages présentés sur le Salon. Ces visites sont assurées par des libraires membres du SLAM.
Rendez-vous au point accueil à l’entrée du Salon les vendredi, samedi et dimanche à 12h et 16h.
 


ORCHESTRE



Concerts tous les jours pendant la durée du Salon assurés par des élèves talentueux du Conservatoire à Rayonnement Régional de Boulogne-Billancourt et du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Cordes et piano. Répertoire romantique et classique.
Nef Sud
 


À LA RENCONTRE DE L’ASSOCIATION CULTURELLE DES BOUQUINISTES DE PARIS



Ils sont à Paris ce que sont à Venise les gondoliers... 
Leurs boîtes sont vertes comme les fontaines Wallace et les bancs parisiens mais n’en sont point. Leur forme allongée évoque pour beaucoup celle de la bière du défunt, n’étaient leurs couvercles pentus tirant leur révérence côté trottoir quand elles sont closes, vers la Seine quand, ouvertes, elles dévoilent leurs trésors aux passants.
Posées par familles de quatre ou cinq spécimens à même le sommet bombé du parapet de pierre des quais du coeur de Paris, ce sont les boîtes des Bouquinistes, ces marginaux de la Librairie, marchands d’esprit à ciel ouvert. 
 
Réparties sur les deux rives du fleuve, du Louvre au pont Marie pour la rive droite et, de la rue du Bac à l’Institut du monde arabe pour la gauche, les mille boîtes de ces curieux libraires vous proposent, en plein air, une immense librairie de plus de 300 000 ouvrages ! Aujourd’hui plus que jamais, les bouquinistes restent présents dans un marché du livre fragilisé, entre autres, par la concurrence de l’internet. Souvent généralistes, parfois spécialistes érudits dans les domaines les plus divers (héraldique, arts, linguistique, polar, BD, voyages, sports, ...), ils sont 81 femmes pour 157 hommes à y exercer ce métier tout au long de l’année, du premier janvier au trente et un décembre, par presque tous les temps. L’humidité restant leur principal ennemi, vous ne les rencontrerez donc pas sous la pluie ou, pire, elle se faufile partout, sous la neige à moins qu’ils ne s’y soient faits surprendre...

Leur nombre varie au bon vouloir des Parques, peu démissionnent ou partent en retraite, et se situe toujours bon an mal an autour de 240, dont 91 sur la rive droite et 147 sur la gauche, rive traditionnelle des universités, libraires, éditeurs et imprimeurs. De tous âges, leur doyen est né en 1917 et la benjamine en 1991, ils exercent le même métier mais chacun à leur manière propre et à des horaires très personnels et divers... Fort peu sont ceux qui ont débuté leur carrière professionnelle comme bouquiniste sur les quais d’où une très grande richesse et diversité des personnalités que vous pourrez y rencontrer au hasard de vos promenades... et des trésors multiples que vous pourrez découvrir à l’intérieur de leurs fameuses boîtes !
Pour la seconde fois, vous pourrez les rencontrer au Grand Palais à l’occasion du Salon International du Livre Ancien sur le stand de leur association, l’Association Culturelle des Bouquinistes de Paris. Chaînon manquant, ou complémentaire, entre le libraire de neuf et celui de bibliophilie, ils vous y parleront et vous y feront découvrir avec passion le formidable univers de leur métier. Plus d’information : une adresse mailbouquinistesdesquais@laposte.net pour communiquer avec son président Jérôme Callais, sa trésorière Sylvie Mathias ou son secrétaire Michel Bouetard. 
Stand D5 - Nef Sud 
 


PRIX DE BIBLIOGRAPHIE



Le Prix de Bibliographie LILA - Breslauer, organisé par la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne, est décerné tous les quatre ans à l’auteur du plus remarquable ouvrage à avoir été publié dans le vaste domaine de la bibliographie. Le but de ce prix est de récompenser une oeuvre académique dans ce domaine et de promouvoir le soutien de la Ligue aux travaux d’érudition qui sont si importants pour la profession. Une substantielle donation de la Fondation Breslauer, fondée par Bernard H. Breslauer (1918-2004), libraire de la LILA passionné de bibliographie, ainsi que d’autres donations, ont assuré la perpétuité du prix.

Et le gagnant est… JAMES BOND !

Le XVIe prix a été attribué à la bibliographie de Jon Gilbert sur Ian Fleming et son oeuvre : JON GILBERT : IAN FLEMING. THE BIBLIOGRAPHY.
Préface de Fergus Fleming. Introduction par Michael L. Vanblaricum. Publié par Brad Frank. London, Queen Anne Press, 2012.

Le Jury était composé de : Félix de Marez Oyens (Président le la Fondation Breslauer), David Adams (Université de Manchester), Jean-Marc Chatelain (BnF), Poul Jan Poulsen (Aldus Antikvariat), Umberto Pregliasco (Libreria Antiquaria Pregliasco) et Arnoud Gerits (A. Gerits & Son).

Cet ouvrage remarquablement méticuleux couvre tous les aspects de l’oeuvre de Ian Fleming, les manuscrits, les épreuves corrigées ou non, les premières éditions et les autres, celles de poche, et permet de donner une idée de la conception d’un livre et du chemin parcouru jusqu’à sa parution. Cette bibliographie présente tout ce qu’il est possible de savoir sur Fleming et ses écrits. Elle montre que les auteurs modernes sont non seulement attractifs pour un collectionneur, mais aussi qu’ils méritent un travail bibliographique exhaustif. L’ouvrage comprend près de 400 photos couleurs sur 32 planches et près de 1 000 illustrations noir blanc dans le texte.

La remise des prix aura lieu pendant le Salon le samedi 12 avril, à 12h, sur l'espace de l'orchestre, Nef Sud.


                                                                                          Jon Gilbert.
 
 


Le SLAM, un centenaire toujours jeune



Le Syndicat de la Librairie Ancienne et Moderne est né en 1914. Son ancienneté montre que la librairie a très tôt envisagé de façon collective son rôle dans la transmission du patrimoine écrit. La promotion, voire la défense, du livre ancien et de sa lecture nécessite les efforts conjugués des multiples acteurs de la librairie, chacun avec ses spécialités, mais concourant tous au même objectif.

Quelques libraires éminents réfléchissaient déjà depuis plusieurs années à la constitution d’une association ayant pour objet de faciliter la circulation des livres et l’échange des idées sur la bibliophilie. à une époque où les tracasseries administratives et les règlementations foisonnantes n’avaient pas atteint le degré de raffinement moderne, les libraires n’étaient aucunement mus par la défense d’intérêts catégoriels. Les rapports de la librairie ancienne avec l’administration n’occupent d’ailleurs toujours qu’une partie infime de l’emploi du temps des responsables du SLAM. Ils doivent en revanche assumer la formation constante des membres sur l’évolution de la règlementation ou de la jurisprudence.

Pendant la Grande Guerre, comme dans beaucoup de spécialités, le commerce du livre ancien a été mis en veilleuse jusqu’à l’Armistice et le premier président de l’association, Edgar Rahir, demeura en place 7 ans au lieu des 3 initialement prévus. Il était entouré de conseillers comme Auguste Blaizot, Georges Chrétien ou Léon Carteret, noms qui sont encore familiers à tous les acteurs de la bibliophilie. Le premier projet concret au sortir de la guerre fut de créer un journal, le Bouquiniste français, permettant les échanges entre libraires mais aussi avec les amateurs qui pouvaient y poster leurs questions ou leurs recherches. Peu à peu, la politique de communication a pris des tours plus élaborés : fondation par dix pays (dont la France) d’une Ligue Internationale de la Librairie Ancienne à Copenhague en 1948 pour sceller la réconciliation des peuples ; création et conduite d’un salon international dans les années 80, à la Conciergerie d’abord, puis à la Mutualité et au Grand Palais depuis 2007 ; offre régulière de cycles de formation en faveur des bibliophiles ; publication d’un guide pour néophytes en 2013, etc.

Le syndicat français a toujours eu un rôle particulier au sein de la Ligue Internationale, en raison de la culture bibliophilique particulière de notre pays. Il a reçu trois congrès mémorables à Paris en 1950, 1961 et 1988. Nous sommes fiers de recevoir à nouveau en 2014 l’élite de la librairie internationale pour trois jours de visites extraordinaires organisées à l’Arsenal et à la bibliothèque François Mitterrand, au château de Chantilly, à la bibliothèque Mazarine et au Petit-Palais, dans des expositions privées qui témoignent de la riche diversité du patrimoine écrit national.

Le SLAM contribue aussi au maintien de règles déontologiques strictes dans un marché gangrené par le para-commercialisme et menacé par la spéculation. Il assure le dialogue entre administrations, particuliers et professionnels. Une cellule de veille en lien avec les autorités alerte le marché et les pouvoirs publics dans des cas d’escroquerie isolée ou en bande organisée et un comité d’éthique veille au respect des règles de la profession.

En un siècle, 28 libraires se sont succédé à la direction du syndicat, dans les heures difficiles comme dans des époques florissantes. Des équipes de bénévoles - soutenues par une déléguée générale - se passent discrètement le relai, mandat après mandat, pour maintenir dans le public le goût des beaux livres et des manuscrits, épauler le bibliophile dans sa quête et verbaliser un penchant que beaucoup taisent comme s’il était honteux ou inaccessible à autrui.

Le SLAM compte aujourd’hui 250 membres, chiffre stable depuis des décennies, et son activité repose entièrement sur les cotisations de ses membres, sans soutien ni public, ni privé.


Anne Lamort
Présidente du Syndicat national
de la Librairie Ancienne et Moderne